28 bis boulevard de la République 92250 LA GARENNE COLOMBES

L’homéopathie

 

  Ethnopharmacologia, n°51, avril 2014                                                                        

C’est sous la pression du marché et du grand public que nous avons créé ce site sur l’homéopathie afin de démystifier cette médecine souvent mal connue ; ceci afin de permettre une meilleure compréhension de cette thérapeutique en partant de ses origines et de la méthode expérimentale élaborée et améliorée tout au long de sa vie par un médecin allemand du 18 ème siècle, Samuel Hahnemann, fondateur de l’homéopathie.

 C’est la réactualisation d’une thèse de pharmacie portant sur l’homéopathie dans le monde et soutenue en 1981.

Cette thèse a débuté par une lettre adressée en mai 1978 à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) afin d’obtenir des informations sur la situation de l’homéopathie dans le monde.

Réponse rapide au bout de 15 jours du Chef du Service des Préparations pharmaceutiques : «J’ai le regret de vous informer que l’Organisation mondiale de la Santé ne dispose pas d’informations à ce sujet».

 Trente cinq ans plus tard, c’est une mutation totale dans le monde que ce soit sur le plan politique, économique, technologique et scientifique :

             –  L’accès à l’information dans le domaine de l’homéopathie est grandement facilité par le courrier électronique et les nombreuses bases de données et catalogues numériques des bibliothèques et des universités (Allemagne, Autriche, Brésil, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Suisse).

           –  La position de l’OMS a changé et reconnaît l’homéopathie dans le cadre des médecines complémentaires et alternatives.

En 2010, l’organisme publie pour la première fois un document sur la préparation et le contrôle du médicament homéopathique intitulé :

«Safety issues in the preparation of homeopathic medicines».

            – Au sein de l’Union européenne, le statut des médicaments homéopathiques est légalement reconnu que ce soit pour l’homéopathie à usage humain ou vétérinaire.

Une directive européenne 2001/83/CE du 6 novembre 2001 institue un code communautaire concernant les médicaments à usage humain en intégrant la particularité de l’homéopathie avec une procédure adaptée. De la même manière, une directive européenne 2001/82/CE concerne les médicaments homéopathiques à usage vétérinaire.

             – Les évènements politiques ont modifié la donne avec la chute du mur de Berlin en Allemagne en novembre 1989, puis la dislocation de l’URSS en 1991. L’histoire de l’homéopathie avec S. Hahnemann se situe essentiellement dans l’ancienne Allemagne de l’Est et la réunification du pays a permis de recueillir, classer et analyser toute une documentation historique éclairant les débuts de la discipline.

 L’Institut d’histoire de la médecine de la Fondation Robert Bosch de Stuttgart (IGM ou Institut für Geschichte der Medizin der Robert Bosch Stiftung situé à Stuttgart) rassemble la bibliothèque de recherche la plus importante au monde avec plus de 9200 livres, manuscrits et journaux sur l’histoire de l’homéopathie…

 Les Registres des malades (Krankenjournale) écrits par Hahnemann lors de ses consultations et 5400 lettres écrites à ses patients y sont détenus ainsi que les archives de la LMHI ou Ligue Médicale Homéopathique Internationale créée en 1925.

 Grâce à l’accueil et à la disponibilité du Docteur Martin Dinges, directeur des Archives de l’IGM et de toute son équipe, il a été possible de faire une recherche sélective de documents pendant plusieurs jours à la bibliothèque de l’Institut de Stuttgart pour consulter et feuilleter par exemple la première édition de l’Organon de 1810 ou la première Pharmacopée homéopathique publiée au monde de Casperi de 1825.

 Le fruit de ce travail permet de mieux comprendre la réalité de l’homéopathie dès sa naissance et de suivre les débuts de sa progression à partir de l’Allemagne et des premiers textes fondateurs.

 La recherche et l’étude des diverses traductions de l’Organon de S. Hahnemann au 19 ème siècle dans les principales langues européennes permettent la propagation de l’homéopathie en France, au Danemark, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, en Italie, Espagne et Amérique du Sud (Chili, Mexique), en Hongrie, aux Pays-Bas, en Pologne, au Portugal et au Brésil, en Russie et en Suède,…

 Une situation faite sur les nouvelles traductions de l’Organon au 20 ème et au 21 ème siècle publiées au Japon, en Israël, en Inde dans diverses langues locales, en Iran, en Turquie, en Bulgarie…, permet de montrer un développement récent dans des régions où l’homéopathie était peu connue auparavant.

 La recherche des premiers ouvrages sur la fabrication des médicaments homéopathiques (premières Pharmacopées publiées dans le monde) montre déjà certaines différences dans le mode de préparation des teintures mères d’un pays à l’autre (Allemagne, France, Etats-Unis).

 La réglementation du médicament aujourd’hui sera définie pour les divers pays qui ont défini un cadre juridique intégrant la spécificité de l’homéopathie (Statut au niveau de l’Europe et dans les autres pays qui possèdent une pharmacopée homéopathique officielle comme les Etats-Unis, le Brésil, le Chili, le Mexique et l’Inde). La nouvelle réglementation européenne demande par exemple la justification du caractère homéopathique par une bibliographie adaptée.

 Le 19 ème siècle est riche en publications allemandes mais aussi anglo-américaines et françaises sur la médecine homéopathique vétérinaire et dans une moindre mesure sur l’homéopathie dentaire.

 Le premier congrès international d’homéopathie au monde date du 10 août 1829 à Köthen : il a réuni plus de 400 personnes au jubilé de Hahnemann qui correspond au cinquantenaire de son diplôme de médecin. C’est ce jour-là que fut constituée la première Société des médecins homéopathes allemands dont certains présents à cette réunion ont propagé l’homéopathie dans toute l’Europe (Hongrie, Autriche, Italie, Suède, Danemark, France…).

Les associations homéopathiques internationales actuelles seront développées (Lmhi, Ech, Ecch…).

 Après avoir montré les textes historiques fondateurs de l’homéopathie, le site donnera un état de l’homéopathie dans environ 80 pays.

 Le but est d’apporter des informations sur le plan historique, la réglementation d’exercice (diplôme de médecin nécessaire ou non) et celle du médicament, les associations diverses (médecins, patients…), l’enseignement, les cliniques/dispensaires, les laboratoires fabricants et les pharmacies, les revues et les principaux sites web.

 L’intérêt du site est surtout de pouvoir échanger avec la communauté homéopathique du pays pour valider des données.

 Une orientation thérapeutique avec une centaine de remèdes homéopathiques bien définis permettra au patient d’apprendre à connaître ses symptômes pour l’aider à traiter ses petits maux.

Les thérapeutiques voisines et annexes de l’homéopathie seront expliquées par des exemples (anthroposophie, gemmothérapie, lithothérapie, organothérapie, sels de Schuessler, teintures mères et drainage).

 Le site va s’enrichir de nouvelles données dans les mois qui viennent.

 

Organon

de S. Hahnemann 1ère édition au monde (1810)

Pharmacopée homéopathique

de C. Caspari 1ère édition au monde (1825)